headerpic

 

 



La saga de l’Antévers 1 :
Le chevalier à la canne à pêche


Un roman de Guilhem
 

A. E. BERGER : C’est la guerre. Il y a des anges dingues, des angelots explosifs et tout un tas de choses démoniaques, démentes ou simplement d’une stupidité atterrante. Dans ce monde chaotique, un ours-nandi, un teignome, une gorgone et une petite fille courent après un trésor immobile, accompagnés parfois d’un mort-vivant et d’un revenant polymorphe. Je propose que ces personnages se présentent. Qui veut commencer ? Sélène, voulez-vous bien ?

— Désolée, je n’ai pas le temps pour vos questions. Je dois absolument partir retrouver le garçon que j’aime. Il s’est fait enrôler dans les armées de l’Archange, juste avant de me donner LA réponse à LA question. Et je le retrouverai pour me le marier même si je dois pour cela traverser tout un continent en guerre. Vous n’avez qu’à demander à Anorin, mon ami revenant, de se présenter. Ah ben non… Il n’est pas encore revenu. Bon. Je file. Au revoir !

— Zut. Bon, qui veut s’y coller ? Monsieur At Choum peut-être ?

— PUTAIN ! C’EST AT COUM ! PAS AT CHOUM ! A, T, K - EUH - V... J... OUI BON, OK ! CHAIS NI LIRE NI ÉCRIRE ! ON N’APPREND PAS CE GENRE DE CONNERIES CHEZ LES GNOMES TEIGNEUX ! TOUTES CES P’TITES LETTRES À LA CON, ÇA ME FOUT EN COLÈRE DE TOUTE FAÇON ! ET VOUS AVEZ DE LA CHANCE QUE MON POTE ANORIN N’AIT PAS ACHEVÉ SA REVENANCE PARCE QUE LUI QUAND IL PARLE C’EST UNIQUEMENT EN VERS DE DOUZE PIEDS ! C’EST À SE TAPER LE CRÂNE DANS SA PROPRE FLAQUE DE GERBE ! SINON ÇA FAIT LONGTEMPS QUE VOUS PRÉSENTEZ DES PERSONNAGES DE ROMAN ? NON PARCE QUE, FRANCHEMENT, QUAND ON CONFOND LES NOMS DES GENS, ON NE FAIT PAS DES CONNERIES D’INTERVIEWS ! TU SAIS QUOI ? TU ME FAIS GRAVE PITIÉ ! JE VAIS LE FAIRE À TA PLACE !  TOI ! LE GROS VEAU, LÀ ! OUAIS, LE PROF ! PRÉSENTE-TOI, FISSA AVANT QUE JE ME FOUTE EN ROGNE !

— En fait, je suis un ours-nandi, pas un veau. J’appartiens à une espèce dont les capacités palato-labiales sont théoriquement impropres à la parole. Normalement nos capacités cérébrales sont très limitées. Et notre musculature exceptionnelle fait de nous des animaux brutaux par excellence. Toutefois, étant tombé dans une potion d’intelligence quand j’étais petit, je…

— CHIANT ! C’EST TROP LONG ! J’EN PEUX PLUS ! GEUNGSHI, BORDEL ! DIS QUELQUE CHOSE POUR NOUS FAIRE RIRE ! VITE !

— J’ai envie de mourir, Coum-kun.

— AH AH AH ! TORDANT ! TU PEUX PAS ! T’ES DÉJÀ MORT ! C’EST MOCHE D’ÊTRE UN MORT-VIVANT DÉPRESSIF, HEIN ?! BON IL EST OÙ LUPIN ?

— C’est la pleine Lune. Il s’est changé en truite-garou, Coum-kun.

— ENCORE ? BORDEL, MAIS IL N’Y A PERSONNE DE MARRANT À PRÉSENTER DANS CE BOUQUIN ?

— Si. Il y a moi.

— J’AI DIT QUELQU’UN DE MARRANT, STHÉNA, MERDE !

— Je peux raconter une blague.

— MDR !  ET TU VAS NOUS LA RACONTER AVEC CETTE VOIX MONOCORDE, HISTOIRE QU’ON PUISSE SE PENDRE AVEC ?

— C’est l’histoire d’une gorgone qui raconte une blague qui laisse un teignome malpoli de marbre.

— AH MERDE ! JE CROIS BIEN QUE J’AI SAISI LA PUTAIN DE MENACE SOUS-JACENTE.

— Mais bon, avec mon bandeau devant les yeux, ma blague est beaucoup moins drôle.

— BON. BEN, JE VAIS ALLER FAIRE UN P’TIT TOUR À LA CON AVANT DE ME RETROUVER STATUFIÉ, MOI ! JE VOUS LAISSE ! TCHAO, LES CLODOS !

Première diffusion le 25 février 2017
4,99 € - 6,49 $ca sur 7switch | Poids lourd | Romans
ISBN : 978-2-924550-26-7


Plus d’infos

Pour acheter cet ouvrage


Version papier disponible

Cliquez sur l’image pour acheter un exemplaire imprimé, dos carré collé, au prix de 16 euros. Pour économiser sur les frais de port, achetez-en d’autres…
 

ISBN de la version papier : 978-2-924550-26-7


 

Un premier échantillon :
Le teignome n’hésite jamais.

— Nous avons dépassé les armées ennemies / Et, d’à peine quelques jours, elles nous talonnaient. / Il faut donc nous hâter d’explorer ces galeries, / Trouver cet artefact, avant d’être encerclés.

— OK ! ALORS DEMAIN, ON DESCEND CHOPER LE TRÉSOR ET ON SE REPLIE À LA PYTHIE ! ET SI L’AMBIANCE SE MET À POQUER DU DERCHE, AVEC LA GUERRE ET TOUT LE TRALALA, ON SE CASSE EN ASIA !

— Ton plan est intéressant, dit le Prof doucement. Mais n’oublies-tu pas qu’on ne dispose d’aucun bateau pour traverser le Fleuve-Océan ?

— ME FAIS PAS CHIER AVEC DES DÉTAILS ! GEUNGSHI, T’AS PAS UN PROVERBE BIDON SUR TON CONTINENT QUI DIT : SI TU TROUVES DE L’EAU, CHERCHE LE BATEAU ?

— Malheureusement, si, Coum-kun.

— AH ! MA CULTURE GÉNÉRALE VOUS LA COUPE DANS LE SENS DE LA LONGUEUR, HEIN ?

— Imparable, infaillible, tel est ton plan rusé ! / S’il n’y a pas de navire, devrons-nous donc nager ?

— SI ON NE TROUVE PAS LA MOINDRE SALOPERIE DE BARQUE, ON TROUVERA BIEN UNE NOUVELLE CATAPULTE À LA CON ! ET HOP DIRECTION ASIA PAR LES AIRS ! TEIGNOME-STYLE !

— Ah non ! Pas deux fois, dit Sthéna sans émotion.

— OK ! ON IMPROVISERA ! STHÉNA AURA QU’À CHANGER LA MER EN PIERRE.

— Ce n’est pas poss…

— PARFAIT ! ON A UN PLAN CARRÉ ! FAUT QUE J’AILLE PISSER ! »
 

[Retour…]

Un dernier échantillon :
Je n’en sais rien, puissante gorgone.

À ce que le Prof avait pu comprendre dans leur fuite précipitée, leur exploration souterraine s’était compliquée. Ils ne s’étaient pas perdus dans les galeries. Grâce au savoir oral de Coum, ils avaient trouvé le premier fragment de la Relique maudite. C’est alors que les choses s’étaient gâtées. Ils avaient perdu Sélène et fait une mauvaise rencontre.

La fille avait disparu en ouvrant une trappe de transportation magique qu’ils n’étaient pas parvenus à rouvrir et qui, selon une chanson de Coum, permettait aux Nains de voyager un peu partout dans le monde, sauf que les Nains avaient la réputation d’être de piètres magiciens. La chanson le disait bien d’ailleurs, seul un nain sur deux revenait un jour.

Alors qu’ils cherchaient Sélène dans les ruines de la cité naine, ils étaient tombés nez à nez avec l’Archange lui-même et ils avaient dû fuir en catastrophe. Étant donné la dangerosité reconnue du personnage, ils ne devaient probablement leur survie qu’à un coup de chance.

Ils se posèrent à nouveau le temps pour Anorin de reprendre son souffle. Ils n’étaient plus qu’à un vol de la Pythie. Le Prof lisait à travers les mines déconfites de ses amis que chacun pensait comme lui. Sans doute avaient-ils fait le mauvais choix, mais que pouvaient-ils contre une des créatures les plus puissantes de la Terre, plus terrifiante même que Sthéna ou At Coum dans son état de folie meurtrière ?

« ON A FAIT UNE CONNERIE ! FAUT QU’ON Y RETOURNE POUR CHERCHER MIEUX LA GAMINE !

— C’est vrai qu’elle a pu réapparaître après notre départ, dit Geungshi.

— Allons-y, dit Sthéna. Peu importe ce qu’il arrivera.

— C’est du suicide, dit l’ours-nandi. Elle a pu être conduite n’importe où sur un des trois continents. Les trappes de transportation magique sont organisées en réseau interco…

— TA GUEULE ! C’EST TROP LONG ! ON Y RETOURNE !

— Et il y a un autre problème. Ma revenance va prendre fin prochainement et je ne sais pas sous quelle forme je vais revenir. Je ne pourrais peut-être même pas nous ramener aux marécages. »

Alors qu’ils s’interrogeaient sur la meilleure stratégie à adopter, ils aperçurent une harpie volant à leur rencontre.

« Rien de grave. C’est une émissaire de l’Oracle, dit Sthéna. Voyons ce qu’elle nous veut. »

La harpie était une créature ailée grande comme un homme, possédant un corps d’oiseau avec un buste et un visage de femme. Ses serres puissantes et griffues pénétrèrent profondément le bois de la branche sur laquelle elle se posa. Elle parla fort avec une voix criarde.

« Bonjour. Alors, qu’est-ce qu’on a là ? Un ours de Chaâm, un gnome, une gorgone, un hippogriffe M.V – le revenant, je suppose – et une tête de mort. L’Oracle a prédit que vous viendriez. Nous vous cherchions. La jeune fille est sous sa protection en ville. Il n’est pas nécessaire de retourner mourir dans les marécages.

« Comment est-ce possible ?

— Je n’en sais rien, puissante gorgone. Inutile de me poser des questions. Je ne suis qu’une messagère. Suivez-moi, sans crainte. »
 

[Retour…]

 

 

 

Livres publiés


Guilhem : Le chevalier à la canne à pêche
Guilhem : La plante verte