headerpic

 

 



La Verge Noire


Un roman de Mémoire du Temps
 

« Tu as pensé à faire le plein de dihydrogène ?
— Non, on le fera à l’arrivée sur Terre.
— Tu as pris les invitations ?
— Oui, tu me l’as déjà demandé. Tu sais bien qu’elles sont falsifiées, ça ne passera jamais.
— Il les a imprimées lui-même.
— Là où on va, l’imprimerie n’a pas encore été inventée, comment tu expliqueras cela ?
— Je dirai que c’est Charles le Sept qui nous les a fournies.
— Et tu seras prise pour une sorcière. À cette époque, les hommes ne plaisantent pas avec une telle accusation.
— Il me protégera comme toujours.
— Ce n’est pas ainsi qu’on accomplira notre mission ! »

Lech, vicaire de la cathédrale de Reims, est abordé par deux visiteurs qui cherchent à savoir à quelle heure commencera le sacre de Charles VII. Découvrant que la cérémonie s’est déroulée cinq siècles plus tôt, ils exigent de rencontrer au plus vite son successeur afin de lui remettre un document urgent. Langage, accoutrement, tout en eux est étonnant. Lech décide de les accompagner à Paris où ils révèleront l’objectif exact de leur voyage… et le contenu de leur bagage.

Comment diable sauver l’humanité du destin implacable qui attend notre espèce à cause d’un simple oubli ? Une fable SF qui amusera plus qu’elle ne terrifiera. Quoique…

Première diffusion le 23 mai 2015
1,49 € - 2,15 $ca sur 7switch | Poids lourd | Romans
ISBN : 978-2-923916-97-2


Plus d'infos


 

Un échantillon :

« C’est l’instinct, ou l’amour.

— Non, trop simple. Tenez, Claire, choisissez parmi ces messieurs lequel vous désirez !

— Quoi ? »

La pauvre secrétaire, un rien dépassée par les événements, comprend que dalle et entend sans saisir la situation.

« Je ne sais pas trop ce que vous me demandez.

— Sélectionnez un des mâles présents ici et exécutez une démonstration du fameux coït humain. »

Hésitante, elle se dirige vers le plus jeune garde. Le lieutenant s’éloigne un peu et appelle avec son portable. Il chuchote afin que personne n’entende.

« Vous pouvez faire la démonstration, Serge ! ordonne-t-il. Si mademoiselle Claire est d’accord, bien entendu. »

Lech choisit de ne pas regarder, se lève et va vers une fenêtre. La cour du palais est envahie de nombreux militaires qui se positionnent sans bruit aux endroits stratégiques. Plusieurs hélicoptères survolent le bâtiment et on devine aux traînées laissées dans le ciel que des avions de chasse attendent les ordres. Soudain, un premier char entre trop vite dans le parking et défonce une grille du portail et ses gonds, provoquant un grand fracas métallique. Pour ne rien arranger son canon envoie un obus sur la position de quelques soldats. L’explosion provoque un tremblement du sol et des murs.

Le vicaire se retourne et constate que Claire, fort déshabillée, quitte la pièce emportant ses vêtements dans le désordre. Le dénommé Serge remet son pantalon, perd l’équilibre et trébuche à terre.

« Monsieur le centurion bidasse ! interpelle Imania qui s’est levée. Veuillez préciser aux nombreux militaires rassemblés autour du palais que leurs armes n’auront aucune efficacité sur nous. De plus, LAH n’est pas qu’un robot soigneur, il sait aussi nous défendre et je crains fort que cela se termine mal pour vos valeureux soldats. Les conséquences seraient catastrophiques et votre espèce serait décimée. »

Au lieu d’écouter l’avertissement, le lieutenant tire son arme de l’étui et la met en joue.

« Pas un geste ! ordonne-t-il. »

Un rayon bleu sort du robot et atteint le pistolet qui se liquéfie. Le gradé est obligé de le lâcher, car le métal est devenu mou et brûlant ; les autres armes des gardes se fluidifient aussi.

« Ça suffit ! exige Imania. Maréchal des Taudis, ramenez-nous Monsieur Ithyphalle et reprenons la réunion. »

[Retour…]

 

Un commentaire de lecteur :

Lisible sur la page Kobo de l’ouvrage…

Si vous aimez les histoires originales… par Sylvain Desvaux, juillet 2015.

On tient là une petite perle très rafraîchissante, très bien écrite, qui divertit agréablement le lecteur et se paye le luxe de lui apprendre des choses en fin de chapitre. Je n'ai pas regretté mon argent. Si le fond de l’histoire se veut quelque peu moralisateur, en citant à l’emporte-pièce les plus grands échecs de l’humanité, on est vite conquis par une note d’optimisme et d’humour qui désamorce des scènes qui, du coup, ne sont jamais lourdes ou malaisées à lire. On ne bascule jamais totalement dans l’absurde ou la complaisance, grâce à la justesse d’un récit bien maîtrisé. Les trois personnages principaux sont complètement barrés et originaux, et attirent le plus gros de l’attention du lecteur. Allant jusqu’à contaminer leur entourage, ils méritent à eux seuls l’achat de cet e-book. Plaidoyer pour et contre l’homme dit “civilisé”, le récit nous offre une vision d’envergure qui remet chacun à sa place. Le format semi-court est adapté. Cela se lit vite, on ne s’ennuie pas, et on n’a pas cette impression de baclâge ou de facilité qui se retrouve parfois dans ce type de format. À lire sans appréhension donc.

[Retour…]

 

 

 

Livres publiés


Mémoire du Temps : La Verge Noire